93e jour sans nouvelles
de Hervé Ghesquières et Stéphane Taponier depuis leur retour en France

 

Ils avaient vraiment fini par faire partie de la famille. L’absence de nouvelles assenée quotidiennement au journal télévisé, avec le compte des jours passés depuis leur enlèvement nous rassurait en quelque sorte. Comme un ronron contre l’oubli. Les scandales passaient, les bourdes se succédaient, certains ministres tombaient en disgrâce, d’autres montaient dans les sondages, des guerres, vraies ou fausses, éclataient çà et là, des princes convolaient avec des roturières. Bref, un clou médiatique chassait l’autre. Seul, Hervé Ghesquières et Stéphane Taponier partageaient immuablement et quotidiennement nos déjeuners et nos dîners, même nos apéros. Or depuis qu’ils ont été rendus à leurs familles respectives, plus de nouvelles, pas la moindre carte postale, le plus petit écho, pas même un texto. C’est insupportable ! Le Gouvernement semble s’accommoder parfaitement de ce black-out total. Et ces jours insipides qui s’écoulent désormais sans compteur, ça fait froid dans le dos!

Tiens, il y a des visiteurs sur mon blog ! Deux coups de fil de proches et trois messages indignés par l’apparente légèreté avec laquelle je traite du calvaire subi par les deux journalistes. C’était du second degré, bien sûr. Je rappelle que nous sommes dans la rubrique "Le petit coin du mauvais goût".